Une école de médecine japonaise durcissait l'examen d'entrée pour les femmes

En 2018, l'université Juntendo, à Tokyo, estime que les capacités de communication des jeunes femmes qui passent son examen d'entrée son supérieures. Un avantage présumé sur leurs camarades masculins que l'école entend "réduire". Alors, elle décide de durcir ses épreuves pour les concurrentes féminines. Hallucinant, et malheureusement pas isolé.

Si le tribunal de première instance de la capitale japonaise a condamné l'établissement à verser des indemnités aux plaignantes (des médias locaux évoquent la somme de 8 millions de yens, soit 59 000 euros, rapporte l'AFP), il ne devrait pas être au bout de ses peines - littéralement.

Des notes falsifiées pour limiter la présence des femmes

Il y a 4 ans, le gouvernement japonais a ouvert une enquête pour une affaire similaire dans un autre établissement. Cette fois, il n'était pas question de rendre les examens plus compliqués, mais tout simplement de falsifier les notes de candidates de genre féminin.

Une initiative de l'administration pour que la proportion de femmes dans le programme reste autour de 30 %. La raison d'une telle discrimination ? Le comité de sélection affirmait que les femmes médecins mettaient souvent un terme à leur carrière pour faire famille.

Devant ces injustices flagrantes, le ministère de l'Education japonais avait étudié rigoureusement les concours d'entrée de 81 écoles, publiques et privées. Résultat : 10 d'entre elles pratiquaient des procédures répréhensibles dont...

Lire la suite


À lire aussi

Des "écoles de maris" au Burkina Faso pour sensibiliser les hommes aux droits des femmes
Quand les facs japonaises arrêtent de truquer les résultats, les femmes sont en tête
Meghan Markle met en avant 15 femmes inspirantes dans le "Vogue UK"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles