À 80 ans, elles luttent pour continuer à vivre ensemble dans leur foyer

·2 min de lecture

Elles sont une dizaine à vivre ensemble, comme des sœurs, dans le foyer de l’Alma Fontenoy à Roubaix. Face à la prochaine destruction de leur résidence, elles demandent à « rester ensemble ». 

C’est entre ces murs aux briques rouges, typiques du nord de la France, que vivent Zohra et sa bande de copines. « On a toujours tout partagé, on est des vieilles mais on est libres, on ne veut pas embêter nos enfants, glisse-t-elle en souriant à Brut. Notre vie, on veut la finir comme ça : ensemble », ajoute cette résidente de l’Alma Fontenoy, un foyer pour les personnes âgées situé à Roubaix. 

Lire aussi >> Une femme sur quatre se sent "tous les jours" ou "souvent" seule

En 1969, elle a suivi son époux venu d’Algérie pour travailler dans une filature de la ville. Cela fait « seize ou dix-sept ans » qu’elle vit dans ce logement. Certaines de voisines, devenues amies avec le temps, cela fait même quarante ans. « Nos enfants, nos maris, nos beaux-parents, ils ont toujours travaillé à Roubaix et à Tourcoing », raconte Zhora, la présidente du foyer. « Y en a pas un qui soit venu et qui n’ait pas fait quelque chose pour la France. »

L’inquiétude d’être séparées

Dans le coin, on les surnomme les « chibanias », un terme emprunté à la langue arabe et qui signifie « cheveux blancs » – et par extension, « vieillard ». Ces dames, qui se connaissent par cœur, refusent de quitter leur logement de l’Alma Fontenoy, situé à côté de la rue et de la place « de la grand-mère » en clin d'œil à ses locataires de longue date.

Le bâtiment doit être détruit dans le cadre d’un programme de rénovation urbaine. Face à...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles