Publicité

À cause de l'inflation, les vols à l'étalage ont nettement progressé dans les grandes surfaces

En 2023, sommes-nous tous·tes Jean Valjan ? Pour faire face à l’inflation sans voir son niveau de vie baisser, le célèbre personnage de Victor Hugo semble inspirer une grande partie de la population française. Selon BFM TV, les vols à l’étalage se sont en effet multipliés en France en 2022, avec une hausse de 17 % des dépôts de plainte au cours des huit premiers mois de l’année. Une conséquence directe de l’inflation selon Slate, qui rapporte que les produits alimentaires ont connu une “hausse considérable” en 2022 : on dénote une augmentation de 40 % pour les pâtes premiers prix, 34 % pour les légumes frais et 15 % pour les produits laitiers”.

L’inflation affecte – presque – tous les ménages au quotidien. Une étude de CSA Research pour Cofidis publiée en début de semaine s’est penchée sur les enjeux de consommation des Français·es pour l’année à venir : 76 % estiment que la situation économique les a directement touchés, comme le rapporte le média 24 matins. 7 Francais·es sur 10 auraient changé leurs habitudes de consommation face à la hausse des prix, se concentrant uniquement sur ce qui est “nécessaire”.

Pour pallier ce déclin du pouvoir d’achat et ne pas changer complètement leurs habitudes alimentaires, le média rapporte que les Français·es se sont donc mis, de plus en plus, à voler dans les grandes surfaces. Un geste politique pour certain·es, qui ne volent que dans des grandes enseignes capitalistes et jamais dans les petites épiceries de quartier, mais aussi survivaliste (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Oscars, Golden Globes : les stars qui ne font pas une taille “standard” discriminées sur le tapis rouge
Les femmes victimes de violences conjugales sont trois fois plus susceptibles de faire une tentative de suicide
En Italie, la créatrice Stella Jean dénonce le racisme dans la mode par une grève de la faim
Fin de vie : la convention citoyenne vote en faveur d’une "aide active à mourir"
En couple, hommes et femmes ne gèrent pas l’argent de la même façon, une disparité qui creuse l’inégalité financière