À tous les idiots qui ne comprennent rien à Christine Angot

Erick Grisel
À tous les idiots qui ne comprennent rien à Christine Angot

Elle n’a pas de prénom mais les deux garçons qu’elle aime en ont un, eux. Il y a Alex, ingénieur du son au chômage, avec qui elle vit. Et il y a Vincent, musicien avec qui elle a vécu une histoire d’amour et qu’elle revoit par hasard après quelques années de séparation. "T’es pas seulement entre deux hommes, t’es entre deux amis" dit à l’héroïne son amie Claire ou Réjane, personnages féminins auxquelles l’auteure offre sciemment, dans son récit, un rôle secondaire de confidente faire-valoir, préférant se consacrer exclusivement à son triangle amoureux.  Alex ou Vincent : l’héroïne ne sait lequel aimer ou détester le plus. Pour nous, lecteur, le choix est vite fait : on comprend Alex bien plus que l’héroïne elle-même semble parfois le comprendre.

Dans sa quête du vrai, Christine Angot tape toujours juste, ciselant des dialogues dont elle seule semble avoir le secret, et qui sont pourtant les dialogues de tout le monde, des échanges universels. "Pourquoi tu me parles sur ce ton, on dirait que je t’agresse ?" " - Je te parle sur aucun ton " – Si, tu me parles sur un ton et c’est désagréable."  Indigents, banals, ces dialogues, diraient les détracteurs de Christine Angot. On donnerait pourtant notre main à couper que dans l’intimité des couples les plus intelligents du monde (Sartre et Beauvoir ? Les Badinter ?) de tels mots ont été prononcés.

Lire la suite sur www.glamourparis.com"En Liberté !" / "Le Grand Bain" : deux comédies françaises qui nous emballent
Alors, ce Fashion Freak Show de Jean-Paul Gaultier ?
Sexe : ce préservatif pourrait révolutionner les rapports sexuels
Voilà pourquoi Rihanna ne chantera pas lors du Super Bowl 2019
Paris : Uber va lancer son vélo électrique "Jump" en 2019