À l'hôpital de Remiremont, les proches de patients décédés en quête de vérité

© Getty Images

« On fait ça pour nos proches » : les familles des patients morts à l’hôpital de Remiremont, dans les Vosges, sont déterminées à demander des comptes à l’établissement, bientôt visé par une cinquième plainte après une série de décès suspects.

« Notre maman, c’était une guerrière. On n’a pas le droit de ne pas se battre pour elle ». À l’évocation de sa mère, les yeux d’Angélique Souque s’embuent : Martine, sa mère, s’est éteinte le 29 juillet à l’hôpital de Remiremont, au sud d’Épinal, où elle était entrée quelques jours plus tôt pour une banale fracture du fémur. Elle avait 67 ans.

Dans le salon de son pavillon de Thaon-les-Vosges, Angélique a remis il y a peu un cliché de sa mère. « Avant, je ne pouvais pas… », souffle cette secrétaire de 44 ans, actuellement en reconversion. Elle se souvient de cette semaine où tout a basculé, après une opération qui s’était pourtant « bien déroulée ». L’état de sa mère, greffée des poumons quelques années auparavant, s’est rapidement dégradé : maux de dos, transfusion en raison d’une anémie, jambe gonflée, essoufflement…

Le lendemain, « à 07 h 30 », l’hôpital appelle : « Notre mère est en arrêt cardiorespiratoire, ils essaient de la ranimer », sans beaucoup d’espoir. Lorsque les proches arrivent à l’hôpital, la chambre est « aseptisée », « ses affaires sont prêtes » : Martine est morte.

Incohérences

De quoi Martine est-elle morte ? Cinq mois après, « on ne sait toujours pas », se désole Angélique. Toutes les tentatives pour connaître les dernières heures de sa mère se heurteront « à un mur ». Ils n’obtiendront que de haute lutte un dossier médical « truffé...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi