À quel point les équipements de salles de sport sont-ils sales ? Une étude donne la réponse

iStock/skynesher

Une nouvelle enquête révèle une très forte présence de bactéries sur les équipements proposés dans les clubs de fitness, notamment trois d’entre eux. Si tous les germes mis à jour ne sont pas pathogènes ces résultats sont toutefois l’occasion de rappeler l’importance de respecter les protocoles de désinfection mis en place.

Si les salles de sport présentent généralement une allure propre grâce au service de nettoyage ou aux bons réflexes des adhérents, cela ne signifie pas pour autant que le matériel est désinfecté correctement. En effet, les microbes ont la particularité d’être microscopiques : ils ne se voient donc pas à l’œil nu. Qui plus est, s’il est commun de venir à la salle de sport pour transpirer, que deviennent alors les toxines libérées ? Car il convient de ne pas oublier que la sueur combinée à l’humidité de la respiration de sportifs en plein effort est aussi propice à la formation de multiples germes. Une récente étude menée par le site Velotric montre à quel point il est important de nettoyer et désinfecter le matériel sportif si l’on ne souhaite pas que la salle se transforme en véritable nid à germes. L’enquête a révélé que les objets utilisés publiquement constituent une option moins hygiénique que l'utilisation de son propre équipement. Dans le cas des transports en commun, elle indique par exemple qu'un vélo électrique public transporte 12 000 fois plus de bactéries qu'un siège de toilette et 800 fois plus de bactéries qu'un vélo électrique personnel.

Pour savoir à quel point le matériel disponible dans les salles de sport est couvert de germes, des experts du site ont tamponné la surface de plusieurs objets (tapis de sol, haltères, tapis de course) avant de procéder à une mise en culture. Ils se sont...

Lire la suite sur Femina.fr

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "Faire du sport est absolument génial. Mais sans une alimentation adaptée, ça peut être pire que tout"

A lire aussi