À quoi servent nos rêves ?

·1 min de lecture

À l'Antiquité, on transmettait des messages envoyés par les dieux par les songes pour révéler leur avenir aux hommes. En 1899, le psychanalyste Sigmund Freud dans son "Interprétation des rêves" y voyait l'expression des désirs de l'inconscient. Scientifiquement, si l'étude des rêves se heurte aux difficultés d'exploration, elle mobilise aujourd'hui encore une dizaine de laboratoires (dans le monde) qui se livrent à des enregistrements et expériences sur les dormeurs pour tenter d'expliquer les mystères de notre vie onirique.

On a longtemps pensé que les rêves ne survenaient que lors du sommeil dit paradoxal, période d'activité cérébrale intense pendant laquelle les mouvements des yeux du dormeur sont très rapides alors que le corps est temporairement paralysé. Ces courts épisodes (10 à 45 minutes), qui se répètent 4 à 5 fois par nuit (ils représentent au total 2 heures pour une nuit de 8 heures), ont ainsi été les premiers identifiés comme dédiés aux songes. Mais plus tard, "il a été établi que nous rêvons aussi pendant le sommeil lent, lors duquel le cerveau est moins activé, mais le corps peut bouger : c'est d'ailleurs la phase du somnambulisme", explique le Dr Pallanca, psychiatre. Ainsi, les personnes ne présentant pas de sommeil paradoxal (suite à des lésions cérébrales ou certains médicaments) continuent de rêver !

Simplement, si ces sommeils sont différents, leurs rêves le sont aussi : complexes, riches en images, sensations (...)

Lire la suite sur Topsante.com

Et si la clé du bonheur, c'était... le voyage ?
Manger en pleine conscience : oui, mais comment ?
6 exercices pour comprendre (et pratiquer) la relaxation Jacobson
9 astuces pour pallier la déprime de fin d'année
9 postures de yoga qui facilitent la digestion