À quoi servent les radars pédagogiques ?

Getty Images/iStockphoto

On les reconnaît généralement à leurs grands écrans et au liseré blanc et rouge qui les entoure. Expérimentés depuis 2011, les radars pédagogiques étaient à l'époque placés en amont de zones de radars fixes pour inciter les automobilistes à surveiller leur vitesse. Depuis 2013, ils ont été principalement redéployés sur des zones de danger non équipées de radars, comme des abords d'écoles ou des zones résidentielles limitées à 30 km/h. On compte aujourd'hui près de 900 radars pédagogiques sur le territoire.

Pour mesurer la vitesse de circulation, ces radars ont recours à l'effet Doppler, c'est-à-dire le décalage de fréquences des ondes d'un véhicule en mouvement, converti en temps réel par un système électronique. L'écran indique alors la vitesse estimée, souvent en vert si elle est en dessous de la limitation réglementaire, et en rouge si elle la dépasse pour alerter les automobilistes. Certains modèles y ajoutent des visages souriants ou non, et les plus élaborés peuvent même indiquer au chauffeur le nombre de points qu'il aurait perdu en cas d'infraction relevée.

Un radar pédagogique ne fait qu'afficher votre vitesse à titre indicatif, et vous rappeler la limitation de vitesse sur la portion de route sur laquelle vous circulez. Un radar pédagogique n'est pas équipé d'un flash, et ne peut donc pas donner lieu à l'établissement d'une contravention.

En revanche, le radar pédagogique enregistre les vitesses en infraction quand il en détecte une. L'exploitant du radar peut donc y (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite