À Sydney, elles dansent sur un iceberg contre le réchauffement climatique

·1 min de lecture

Les trois chorégraphes se sont relayées pendant neuf heures, sans savoir quand le bloc de glace allait céder.

AUSTRALIE - Le port de Sydney a été le théâtre d’un spectacle étonnant les vendredi 14, samedi 15 et dimanche 16 janvier. Un iceberg de près de trois tonnes a été suspendu à 20 mètres au-dessus du vide pour les besoins d’une performance artistique.

La performance appelée THAW, créée par la compagnie australienne de théâtre physique Legs On The Wall, a été créée pour attirer l’attention sur le réchauffement climatique et l’urgence climatique à laquelle le monde est confronté.

Samedi 15 janvier, trois chorégraphes se sont relayées durant neuf heures sur le bloc de glace suspendu par une grue et fondant lentement. Nul ne savait quand celui-ci allait rompre, comme une allégorie de la fonte des glaces.

“Il y a une opportunité et une responsabilité de dire quelque chose avec cette performance” a expliqué le directeur artistique de Legs on the Wall, Joshua Thomson à nos confrères du Guardian. “J’espère qu’à travers ce spectacle nous capterons l’esprit des gens dans leur émerveillement et transmettrons ce message à travers un moment de réflexion”.

La performance intervient alors que ce jeudi 13 janvier, l’Australie a égalé son record de température au niveau national. Le mercure a atteint les 50,7°C dans la ville d’Onslow en Australie-Occidentale. Du jamais-vu en 62 ans selon les autorités.

De telles températures pourraient devenir courantes en raison du réchauffement climatique, a mis en garde le Conseil australien pour le climat.

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

VIDÉO - Les sept dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées

undefinedundefined

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles