« Ça en est difficile à croire » : Obey fustige l’utilisation de sa « Marianne » par Jordan Bardella

L’artiste de street art Obey dénonce une utilisation « absurde » et « ridicule » de sa « Marianne » par Jordan Bardella dans une vidéo diffusée lundi 17 juin sur les réseaux sociaux.

« C’est totalement absurde, c’est tellement ridicule que ça en est difficile à croire. » Dans un entretien à l’AFP, la star du street art Shepard Fairey, alias Obey, s’indigne que l’une de ses œuvres soit reprise par l’extrême droite. Lundi 17 juin, Jordan Bardella a publié une vidéo sur l’engagement du Rassemblement national pour les droits des femmes, dans laquelle était visible la « Marianne » d’Obey.

Lire aussi >> Jordan Bardella sur les droits des femmes : ces nuances que le RN omet de préciser

Cette œuvre – une Marianne sur fond bleu-blanc-rouge – a déjà une longue histoire : elle a été créée en geste de solidarité après les attaques de novembre 2015. C'était d'abord une fresque dans le 13e arrondissement de Paris, quartier riche en fresques murales, avant d'être sérigraphiée.

Une reproduction avait atterri dans le bureau d'Emmanuel Macron et avait été vue par des millions de téléspectateurs lors d'une intervention du président à l'automne 2017. Obey avait dû se défendre de tout parti pris politique, se disant du « côté des gens qui s’opposent aux injustices » quelques années plus tard.

« Réveillez-vous et allez voter »

« Mon travail a [déjà] été détourné à des fins politiques mais, généralement, il l'est d'une manière qui a du sens », dit celui qui détourne lui-même des slogans et s'inspire du graphisme de propagande.

« Mais l'audace de prendre une image qui parle de paix et de compassion...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi