« Ça ne se refuse pas » : Ségolène Royal n’exclurait pas le poste de Première ministre

·1 min de lecture

Invitée de BFMTV lundi 25 avril, Ségolène Royal a dit qu’elle « réfléchirait en effet » si le poste de cheffe du gouvernement lui était proposé.

Ségolène Royal serait-elle intéressée par le poste de Première ministre ? C’est en tout cas ce qu’elle a laissé entendre lundi 25 avril. Invitée sur le plateau de BFMTV, l’ancienne candidate du Parti socialiste (PS) arrivée au second tour de la présidentielle de 2007 face à Nicolas Sarkozy et désormais rallié au candidat de l’Union populaire Jean-Luc Mélenchon, a déclaré que « Matignon [domicile et lieu de travail du chef de gouvernement, ndlr] ne se refuse jamais ».

La femme politique était interrogée sur les futures législatives briguées par le candidat insoumis Jean-Luc Mélenchon, sur la possibilité d’une majorité obtenue par l’Union populaire et sur l’hypothèse que le président Emmanuel Macron ne choisisse pas le leader du parti mais un autre de ses membres. Sur un ton léger et rigolard, Ségolène Royal a joué la sécurité : « Vous savez, mon expérience politique m’a appris à ne pas répondre aux questions qui n’étaient pas posées. Mais si elle me l’était posée, je réfléchirais en effet. Ça ne se refuse pas. »

À lire également >> Priscillia Ludosky, ancienne gilet jaune : « Face à Macron, ce sera la guerre »

Lui aussi présent sur le plateau, le journalistique politique Alain Duhamel s’est amusé d’imaginer l’ancienne candidate PS au poste de Première ministre : « Si c’est le bloc Mélenchon qui l’emporte, j’aimerais beaucoup mieux Ségolène Royal à...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles