« Ça ne va pas » : le coup de gueule de Sandrine Rousseau contre sa formation

© ISA HARSIN/SIPA

Sur France 2, jeudi 9 juin, la Nupes avait envoyé quatre représentants de sa formation pour le grand débat national pour les élections législatives. Et parmi eux quatre, aucune femme.

C’était le 9 juin l’unique grand débat de la campagne des législatives avant le premier tour du 12 juin. À cette occasion étaient conviés sur France 2 dix représentants ou représentantes de différentes formations politiques. Problème : il s’agissait justement moins de représentantes que de représentants. Sur les dix invités effectivement, seuls deux étaient des femmes.

« Ça ne va pas », a réagi sur Twitter la candidate Nupes du Ixe arrondissement de Paris, Sandrine Rousseau, en attaquant directement sa propre formation politique. Car la Nouvelle union populaire, écologique et sociale (Nupes) bénéficiait de la présence de quatre candidats, soit autant que le nombre de partis qui la composent. Or parmi les quatre représentants venus sur le plateau de l’émission « France 2022 » (Adrien Quatennens pour LFI, Julien Bayou pour EE-LV, Ian Brossat pour le PCF et Olivier Faure pour le PS), aucun n’était féminin.

À lire également >> Législatives : ces candidats nous racontent leur première campagne

« Et ce n’est pas un détail les copains », a poursuivi dans son tweet l’écoféministe Sandrine Rousseau. Car en sus d’être un choix contraire aux valeurs inclusives de la Nupes, cette délégation était assez représentante des inégalités constatées plus généralement dans la société. Un dernier rapport de l’Arcom évaluait à seulement 1 % la participation des femmes politiques dans les matinales radio, et à peine...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles