Comment écaler un œuf dur en moins de 20 secondes

Tout savoir sur les œufs

Si les œufs sont souvent recommandés par les nutritionnistes, c’est principalement parce qu’ils sont extrêmement riches en protéines. Un œuf de 60 g permet en effet de couvrir près du cinquième de nos besoins protéiques journaliers. Pas mal, non ?! Mais cet argument en faveur de l’œuf de poule est loin d’être unique. On peut également évoquer le fait qu’il contient à lui tout seul les 8 acides aminés essentiels dont le corps humain a besoin pour fonctionner normalement. À la longue liste de ces points positifs, on peut ajouter sa teneur en vitamines (B2, D, E et K), en oligo-éléments ou encore en minéraux. Et s’il fut autrefois décrié pour son taux de matières grasses, l’œuf est aujourd’hui en passe d’être réhabilité puisqu’il est une source d’acides gras insaturés, réputés pour être du "bon gras".

Comment bien choisir ses œufs ?

Pour être sûr de bénéficier des multiples bienfaits de l’œuf, il faut savoir bien le choisir. Les conditions d’élevage des poules et leur mode de nourriture influent considérablement sur la qualité des œufs pondus. Pour aider le consommateur à faire un achat éclairé, une classification des œufs a été rendue obligatoire. En plus de la date de ponte, chaque œuf est estampillé d’un code allant de 0 à 3 :

0 : œufs de poules élevées en plein air et nourries avec une alimentation biologique ;1 : œufs de poules élevées en plein air ;2 : œufs de poules élevées au sol (élevage intensif mais sans cage) ;3 : œufs de poules élevées en cage ou en batterie.

Pour soutenir un élevage respectueux de l’animal et bénéficier d’œufs de qualité, il est recommandé de privilégier les œufs marqués du code 0 ou 1.

La technique express pour éplucher un œuf en 20 secondes

Coquille qui ne se détache pas du blanc, membrane qui s’arrache et vient par gros morceaux… Vous avez déjà probablement été confrontée au plus grand désastre en écalant un œuf dur ou mollet, n’est-ce pas ? Rassurez-vous, c’est arrivé à tout le monde ! Pour mettre fin à votre calvaire,

(...) Cliquez ici pour voir la suite