Échangée à la naissance, elle réclame trois millions d’euros pour les dommages subis

·2 min de lecture

Une Espagnole de 19 ans réclame trois millions d'euros après avoir été intervertie, juste après sa naissance, avec un autre bébé et confiée à une famille qui n'était pas la sienne.

L'histoire a des airs du film culte « La vie est un long fleuve tranquille ». En 2002, à l'hôpital San Millan de Logroño (nord de l'Espagne), désormais fermé, deux petites filles, nées le même jour à cinq heures d’écart, placées en couveuses, sont confondues et remises à des couples qui ne sont pas leurs parents biologiques. Le résultat d'« une erreur humaine », ont expliqué les autorités de la région de la Rioja. 

Cet échange n'a été révélé que quinze ans plus tard. Aujourd’hui, l’une des deux filles, désormais âgée de 19 ans, réclame trois millions d’euros pour les dommages subis. C'est en effet à la faveur d'un conflit et d'une sombre histoire de pension alimentaire dans une de ces deux familles que des tests ADN avaient révélé que ni le père ni la mère de la jeune fille n'étaient ses parents biologiques. 

Cette dernière, qui avait toujours été élevée par sa grand-mère présumée, a déposé plainte, s'estimant lourdement pénalisée par cet échange à la maternité. « Il s'agit de dommages immenses, qui dureront toute la vie et ne seront jamais réparables », a ainsi estimé auprès de l'AFP l'avocat de la jeune femme, José Saez-Morga.  

Lire aussi >> C'est mon histoire : « J'ai longtemps eu un enfant préféré »

« Une erreur humaine ponctuelle » 

Mais les autorités sanitaires ne sont disposées à payer que 215 000 euros. « Une enquête a été menée et a conclu que ce qui est arrivé procède d'une erreur...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles