Une école de Java rase le crâne de collégiennes portant mal leur hidjab

Le 23 août 2023, une enseignante du collège public de Lamongan, dans l’est de l’île de Java, a convoqué 19 élèves et, armée d’un rasoir électrique, leur a rasé le crâne pour les punir de ne pas porter de bonnet sous leur voile, malgré de nombreux rappels à l’ordre.

Mais de quel ordre s’agit-il ? s’interroge BBC News Indonesia. Selon le média, “le directeur de l’établissement public a déclaré que le règlement intérieur concernant le port du hidjab n’était pas coercitif. Mais il a ajouté que comme 100 % des élèves étaient musulmanes, toutes portent le voile.”

Andreas Harsono, un chercheur de Human Rights Watch qui étudie les violations des droits humains liés au port du hidjab en Indonésie depuis près de huit ans, a déclaré à BBC News Indonesia que la mesure punitive exercée par l’enseignante de Lamongan relevait du harcèlement :

“Cela affecte la psychologie des élèves. C’est de l’intimidation.”

Parmi les 1 500 victimes de harcèlement lié au port obligatoire du hidjab qu’Andreas a interrogées, beaucoup souffrent de stress, pleurent dans les toilettes du collège et ne veulent plus retourner à l’école. “Si les parents ont de l’argent, elles iront chez un psychologue. Et dans les cas les plus graves, chez un psychiatre, car certaines victimes tentent de se suicider”, précise le chercheur.

“La pression de l’école, des services éducatifs et des forces de l’ordre”

Cinq jours après l’incident, le quotidien Kompas publiait un article rapportant qu’une médiation avait été lancée par le directeur du collège auprès des familles des 19 élèves, qui avaient accepté une “résolution pacifique” de l’affaire.

Mais selon Andreas Harsono, “les parents n’acceptent souvent de faire la paix que sous la pression de l’école, des services éducatifs et des forces de l’ordre”.

En janvier 2021, à la suite du scandale provoqué par le traitement réservé à une élève non musulmane de Padang, à Sumatra, qui avait été forcée de porter le hidjab dans son lycée, le gouvernement indonésien a publié un décret interdisant le port obligatoire du foulard à l’école. Mais quatre mois plus tard, une organisation religieuse avait déposé une plainte auprès de la Cour suprême, qui a annulé ce décret.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :