Mon écran passe au vert

Laure Marchand

Dépolluer son ordinateur en prenant de bons réflexes, c'est possible. Voici quelques pistes à suivre pour s'alléger numériquement.

On prend conscience

Après une soirée passée devant Netflix, on pensait au moins pouvoir se donner bonne conscience en se disant qu'on ne causait de tort à personne. C'est raté ! Le numérique prend une part grandissante dans le réchauffement climatique. Les émissions de gaz à effet de serre générées par ce secteur représentent entre 3 et 4 % de l'ensemble des émissions. À l'échelle mondiale, l'empreinte environnementale du numérique équivaut à « cinq fois le poids du parc automobile français (180 millions de véhicules) » ou encore à « 116 millions de tours du monde en voiture », compare le groupe d'experts Green IT dans une étude publiée en octobre. Un doublement ou un triplement des émissions est prévu d'ici à 2025.

On appuie sur off

En plus de la fabrication des objets connectés, responsable de la majeure partie de la pollution, l'usage que nous en avons impacte directement l'environnement. Ordinateurs, Smartphone, tablettes sont très énergivores. Cela n'a l'air de rien mais une box allumée 24 heures sur 24 consomme autant qu'un réfrigérateur, alerte l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie : l'éteindre permet jusqu'à 30 euros d'économies par an. Le premier réflexe est donc de ne pas laisser en veille un appareil inutilisé.

On limite les mails

Contrairement aux apparences, l'envoi d'un mail n'est pas anodin. Celui-ci parcourt en moyenne 15 000 kilomètres avant d'arriver à son destinataire. Si l'acheminement d'un...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi