Quand Édouard Baer compare Gérard Depardieu à Mozart et Proust

·1 min de lecture

C'est l'histoire d'une "admiration pas réciproque" loin de déranger celui n'est pas admiré. Sur Europe 1, samedi, Édouard Baer a évoqué le personnage de Gérard Depardieu, l'un de ses modèles et celui qu'Isabelle Nanty qualifie de "grand tout", en raison de sa polyvalence légendaire. Un "génie", en somme, à qui l'auteur des Élucubrations d'un homme soudain frappé par la grâce rend un vibrant hommage au micro de Michel Denisot. Pour lui, Gérard Depardieu est "plus qu'une icône" : "C'est le plus merveilleux, c'est la plus sombre ordure, c'est un enfant…"

Un génie pas mérité ?

Pour illustrer la fascination que Gérard Depardieu exerce sur lui, Édouard Baer prend l'exemple de Wolfgang Amadeus Mozart. "Dans Amadeus, le film, il y a un personnage qui est Antonio Salieri, l'autre grand compositeur à l'époque de Wolfgang Amadeus Mozart qui, lui, est très catholique. Il respecte toutes les règles sociales, les règles religieuses… Mais il est juste Salieri. Et puis arrive Mozart, qui est une sorte de jeune mec qui se fout de tout, qui soulève les jupes des filles. Mais c'est Mozart. Antonio Salieri invoque Dieu, et lui dit 'c'est pas possible, Dieu ! Moi, j'ai tout fait, j'ai sacrifié ma vie et tu as donné le génie à l'autre, ce n'est pas possible !'", illustre Édouard Baer à propos de cette œuvre dans laquelle la rivalité entre les deux compositeurs a été exagérée.

" Ça, c'est un thème, aussi. Le fameux : pourquoi lui et pas moi ? "

Et l'artiste de transposer cette configuration à l'inco...


Lire la suite sur Europe1