Édouard Baer : ce lien insolite qui le rapproche encore de son mentor Jean Rochefort

·2 min de lecture

Il a plus de cordes à son arc que Robin des bois et Legolas réunis. D’Edouard Baer, on connait le formidable comédien, aux répliques tordantes comme dans Astérix : mission Cléopâtre. On admire le manieur de mots, aux récits bouleversants dans son émission de radio Lumières dans la nuit sur France Inter. Le grand public a désormais l’occasion de découvrir le romancier, auteur de Les élucubrations d’un homme soudain frappé par la grâce, tiré de sa pièce de théâtre du même nom, au cours de laquelle il rendait hommage à ses maîtres de la littérature. Et parmi les hommes qui l’ont inspiré et qui ont jalonné son parcours, figure tout en haut de la liste Jean Rochefort, décédé en octobre 2017. Les deux hommes se sont rencontrés à la fin des années 1990 lorsqu’Edouard Baer essayait de percer comme humoriste sur Canal+, tandis que son aîné faisait les beaux jours du cinéma français. Au fil de leurs collaborations riches en moments épiques, une amitié s’est nouée entre ces deux conteurs, jusqu’à la mort du dandy.

Mais l’histoire entre ces deux trublions si peu avares de bons mots ne s’est jamais arrêtée. Il existe encore un lien qui les rapproche, un endroit où Jean Rochefort ne s’est pas totalement éteint chez Édouard Baer : le répertoire de son téléphone. L’amoureux d’Arles se refuse à effacer le numéro de son père spirituel, comme il l'a rappelé au micro de Michel Denisot, samedi 13 février sur Europe 1. "C'est une chose qu'on disait sur Patrick Modiano, l'écrivain. Il faut continuer à appeler les gens qui sont morts. Il ne faut pas les enlever de son carnet d'adresses. Il ne faut pas les rayer ou les effacer", a-t-il revendiqué, avant de partir dans l’une de ses tirades qui font son personnage : "Le téléphone fixe était plus fort pour ça parce que quand vous faites sonner un téléphone fixe, vous savez que votre coup de téléphone existe physiquement. Il y a une pièce quelque part, où il y a une sonnerie qui retentit. Et parfois, on se dit 'Tiens, si j'appelais Jean Rochefort, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite