Édouard Philippe : sa barbe largement critiquée sur les réseaux sociaux

Depuis le 5 décembre 2019, Emmanuel Macron et son gouvernement font face à l’une des plus importantes grèves des transports que le pays ait connues. Édouard Philippe est chargé de mener à bien la réforme des retraites voulue par le président de la République. Un an après la crise des Gilets jaunes, le Premier ministre se retrouve une fois de plus en première ligne. Ce nouveau système de retraite à points s’annonce d’ores et déjà comme l’un des dossiers les plus complexes du quinquennat. Et il semblerait que le stress agisse de plus en plus sur Édouard Philippe… Dimanche 12 janvier 2020, Laurent Delahousse a accueilli le bras droit du chef de l’État sur le plateau du journal de 20h de France 2. Venu répondre aux questions du présentateur sur le projet de loi et sur le retrait de l’âge pivot à 64 ans annoncé la veille, Edouard Philippe a finalement attiré l'attention sur un autre sujet.

⋙ Réforme des retraites : Edouard Philippe annonce le retrait provisoire de l'age-pivot du projet de loi

Depuis quelques temps, Édouard Philippe affiche une barbe légèrement décolorée. Sur sa joue gauche, on observe plusieurs parties dépigmentées. Ces cercles de poils blancs ne sont pas passés inaperçus lors de l’intervention télévisée du Premier ministre. Certains y voient un manque de propreté, une négligence, tandis que d’autres attribuent ce changement au stress lié à sa fonction ou son âge. Sur Twitter, les Français n’ont pas mâché leurs mots concernant le nouveau look du chef du gouvernement : “Il y a une partie de la barbe d'Édouard Philippe qui fait la grève elle aussi ou alors elle est restée bloquée sur la ligne 13”, “Comment voulez-vous qu'Édouard Philippe puisse assurer un quelconque équilibre financier d'un budget national, alors qu'il n'est pas fichu d'équilibrer les couleurs de sa barbe !”, “Je vous conseille de penser sérieusement à raser votre barbe, car à chaque fois que je vous vois à la télé j'ai l'impression de regarder Kung Fu Panda”, ou encore “C'est un ballon de foot

(...) Cliquez ici pour voir la suite