Publicité

Édouard Philippe visé par une plainte : qu’est-il reproché au patron d’Horizons ?

La rentrée politique d’Édouard Philippe est perturbée. Jeudi 14 septembre, Me Christelle Mazza, avocate de l’ancienne directrice générale adjointe de la communauté urbaine Le Havre Seine Métropole, a porté plainte contre l’ancien maire de la ville pour « favoritisme, prise illégale d’intérêts, concussion et détournement de biens et harcèlement moral ».

La plainte concerne également l’adjointe au maire chargée de l’innovation et du numérique, Stéphanie de Bazelaire, et la directrice générale des services de la communauté urbaine, Claire-Sophie Tasias.

Le parquet national financier a confirmé à l’AFP avoir reçu cette plainte.

La Cité numérique du Havre au cœur de l’affaire

En juillet 2020, Édouard Philippe, président de la communauté urbaine, a signé avec Stéphanie de Bazelaire, en tant cette fois que présidente bénévole de l’association LH French Tech, une convention d’objectifs pluriannuelle pour l’exploitation et l’animation de la Cité numérique du Havre.

À lire aussi Tout savoir sur « Horizons », le parti qui veut emmener Édouard Philippe au pouvoir

Des juristes de la communauté urbaine avaient pourtant émis des recommandations et alertes sur la situation de conflit d’intérêts dans laquelle se trouvait Stéphanie de Bazelaire : en effet, la quinquagénaire était à la fois présidente de LH French Tech, adjointe au maire et conseillère communautaire.

Mais LH French Tech, créée en juillet 2020, a tout de même été désignée pour cette mission à l’issue d’un appel ...


Lire la suite sur ParisMatch