Élection présidentielle 2022 : Nicolas Sarkozy prêt à soutenir Emmanuel Macron ? Sa réponse étonnante

·2 min de lecture

A peine Emmanuel Macron avait-il posé ses valises à l’Elysée, que les Français s’interrogeaient déjà sur la prochaine élection présidentielle. Eh oui, dès 2018, les partisans de François Hollande se sont mis à distribuer des tracts concernant son soi-disant retour en 2022. Et depuis quelques mois, les spéculations vont bon train. Une ancienne candidate de télé-réalité a annoncé sa candidature, l’humoriste Jean-Marie Bigard a avoué que cela “pourrait le tenter”, et des rumeurs évoquent un potentiel candidat “surprise”, qui ne serait autre qu’Eric Zemmour. Certains espèrent également lire le nom de l’ancien Premier ministre, Edouard Philippe, sur la liste, tandis que d’autres voient en Nicolas Sarkozy le candidat idéal pour reprendre les rênes. Celui qui a déjà été président de la République, de 2007 à 2012, est revenu sur ses ambitions politiques dans les colonnes du Figaro.

Mardi 2 mars 2021 – au lendemain de sa condamnation à un an de prison ferme dans l’affaire des écoutes – Nicolas Sarkozy a accepté de se confier à nos confrères. “J’avais dit que je ne serai pas candidat à l’élection présidentielle, je le maintiens”, a-t-il affirmé. S’il se dit “très touché” de la confiance qui lui accordent ses fidèles partisans, le mari de Carla Bruni n’a pas l’intention de revoir sa copie. “Pour moi, relaxe ou pas, cela n’a rien changé politiquement. Quand j’ai dit que j’avais tourné la page, ce n’était pas en fonction d’une décision de justice que j’attendais, ou parce qu’une injustice de plus aurait été commise à mon endroit ! C’est une autre réflexion plus personnelle, qui me concerne, qui concerne ma famille, et qui m’a amené à prendre cette décision de retrait. Je ne serais pas revenu dessus si j’avais eu, lundi, la relaxe à laquelle j’avais droit”, a ainsi expliqué Nicolas Sarkozy, qui a d’ailleurs fait appel de la décision du tribunal correctionnel de Paris.

Malgré cette décision, l’ancien chef de l’Etat a bien l’intention de s’investir d’une manière ou d’une autre. “Je ferai (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite