Élections américaines : les grandes villes se barricadent à l’approche des résultats

Aux États-Unis, l’attente des résultats du vote de ce mardi devient source d’angoisse. Plusieurs commerçants protègent leurs vitrines par crainte des violences qui pourraient éclater entre républicains et démocrates, à l’issue du scrutin. J-J ! Alors que les bureaux de votes ouvrent les uns après les autres pour laisser les Américains choisir qui de Joe Biden ou de Donald Trump deviendra leur prochain président, les commerces de plusieurs grandes villes américaines se barricadent, par peur des manifestations qui déborderaient dans la nuit de mardi à mercredi, ou les jours suivants. Un scrutin serré ou de résultats retardés, pourraient en effet pousser les partisans des deux candidats à sortir dans les rues pour réclamer l’abandon de l’adversaire. Donald Trump a lui-même prévenu lors d’un meeting samedi, qu'il y aurait « la pagaille dans notre pays » après l’élection. Washington sous tension Autour de la Maison-Blanche, des ouvriers se relayaient à tous les coins de rue pour poser des planches en bois autour des immeubles et vitrines des magasins. Jeudi dernier, la police a annoncé la fermeture de rues sur un large périmètre autour de la résidence officielle du président, les 3 et 4 novembre. « Nous savons que certaines personnes souhaiteraient semer le chaos et la confusion », a déclaré la maire de Washington, Muriel Bowser, lors d’une conférence de presse. Sur Twitter, la journaliste et correspondante Laurence Haïm, compare la capitale fédérale à une ville en état de siège. « Je n’ai jamais vu ça », écrit-elle sous les vidéos qu’elle partage sur le réseau social. Washington DC J moins 1. Le siege .je n ai jamais vu cela. pic.twitter.com/jLmiDWttBy— LAURENCE HAIM (@lauhaim) November 2, 2020 Dès ce mardi soir, plusieurs organisations ont prévu des rassemblements devant la Maison-Blanche. L’une d’elle, Shutdown DC, a déposé un permis pour accueillir jusqu’à 10 000 personnes. Au cours de la soirée, musique et prises de parole sont prévues, avec un grand écran diffusant les résultats. Interrogé par l’Agence France Presse, Hope Neyer, en charge de la presse de Shutdown DC explique qu’ils s'organisent depuis longtemps. « Malheureusement, nous sommes prêts à prendre des risques, car nous savons l’importance de ce moment. » Pour prévenir d’éventuels violences avec la police ou d’autres groupes de manifestants, l’organisation a mis en place des entraînements pour ses membres. New York prête pour de longues manifestations Dans la ville qui ne dort jamais, on se prépare aussi à une nuit agitée. Les grands magasins de la 6e avenue se calfeutrent et non loin de là, la Trump Tower, le gratte-ciel du président républicain, est protégée par la police. Des interventions auront lieu immédiatement en cas de violences, a fait savoir le maire de la ville, Bill de Blasio. « Nous sommes prêts à tout », a-t-il déclaré.En 2016, après la victoire surprise de Donald Trump face à Hillary Clinton, de nombreuses manifestations, pour la plupart pacifiques, avaient eu lieu dans la métropole. Philadelphie craint un nouvel embrasement Outre Washington et New York, d’autres villes américaines comme Los Angeles, San Francisco, et Philadelphie se préparent au pire. Dans la plus grande ville de Pennsylvanie, la mairie est gardée sous haute surveillance et les policiers sont aussi nombreux que les passants. Ici plus qu’ailleurs, la vigilance est de mise après la mort le 26 octobre de Walter Wallace Jr, un homme noir abattu par la police. Interrogé par « Ouest-France », un trentenaire explique comprendre l’ensemble des mesures de sécurité prises par la ville. « Ça me terrifie mais je comprends. Si Trump ne veut pas reconnaître sa défaite, ce sera primordial de manifester et parfois ça peut dégénérer… » À quelques heures de la soirée électorale, l’ensemble de ces images témoignent de la tension qui gagne petit à petit le pays.