Aux élections européennes 2024, reste-t-il un espoir d’une liste commune de la NUPES ?

Lundi 2 octobre, les cadres des partis de la NUPES sont invités à échanger sur le programme commun des organisations de jeunesse pour les élections européennes. Mais est-il toujours temps de faire liste commune ?

Les représentants de la NUPES photographiés à leur sortie des « Rencontres de Saint-Denis » jeudi 31 août (illustration).
LUDOVIC MARIN / AFP Les représentants de la NUPES photographiés à leur sortie des « Rencontres de Saint-Denis » jeudi 31 août (illustration).

POLITIQUE - Les jeunes de la NUPES persistent, signent et sont déterminés à tout faire pour pousser leurs aînés sur la même voie, celle d’une liste commune aux élections européennes de juin 2024. Ils sont même à l’initiative d’une réunion avec les chefs de partis PS, EELV, LFI et PCF lundi 2 octobre à Paris pour relancer les discussions. Pourtant à deux jours de ce rendez-vous, les chances de voir une liste unique émerger à gauche semblent bien minces.

Le 10 juillet, Europe Écologie - Les Verts l’a annoncé : à l’issue d’un vote des militants, l’eurodéputée Marie Toussaint est désignée comme tête de liste, actant de fait le principe de la liste autonome défendue par leur secrétaire nationale Marine Tondelier. Les socialistes leur emboîtent le pas début septembre, quand la direction du parti s’accorde sur une liste autonome sous réserve d’une validation par les militants le 5 octobre. Aucune tête de liste n’est désignée à ce stade, mais l’eurodéputé Raphaël Glucksmann qui l’était en 2019 s’est déjà positionné. Quant aux communistes, ils ont aussi tranché : à la fête de l’Humanité, des affiches de Léon Deffontaines, la tête de liste du parti, à côté de Fabien Roussel étaient placardées. Là aussi, les militants doivent entériner les décisions de la direction courant octobre. Mais le suspens est inexistant.

Au sein de la NUPES, il n’y a donc plus qu’un parti qui défende à voix haute ce principe de liste commune : la France insoumise. Un parti mais aussi la « jeune NUPES » groupement qui désigne les cadres des branches jeunesses du PS, des écologistes, de Génération.s et des Insoumis.

« Nous visons le même objectif », martèle la jeune NUPES

Le 6 septembre, les responsables des branches jeunesses - moins les communistes qui ont refusé de participer aux échanges - ont présenté un programme commun de 166 propositions, articulés en sept volets : écologie, justice sociale, économie, démocratie, droits humains, immigration et paix. Le but : montrer que malgré des désaccords de fond sur la vision de l’UE, des compromis restent possibles.

« Du fait de nos histoires, nous parlons de désobéir pour les un·e·s, de déroger de manière transitoire pour les autres, mais nous visons le même objectif : être en capacité d’appliquer pleinement notre projet pour la bifurcation écologique et sociale en Europe », peut-on par exemple lire dans le programme commun, alors que la « désobéissance » prônée par les Insoumis est justement l’un des points qui crispent écologistes et socialistes.

Dans les jours qui ont suivi, les cadres des organisations jeunes ont été reçus par le Premier secrétaire du PS Olivier Faure, la secrétaire nationale des Verts Marine Tondelier et le coordinateur des espaces de La France Insoumise Manuel Bompard. « Ils ont tous salué le sérieux du travail » certifie au HuffPost Aurélien Le Coq, co-animateur des Jeunes insoumis et même s’« ils n’ont pris aucun engagement, ils ont dit que ça méritait discussion » assure-t-il.

C’est dans cet esprit qu’a été organisée la rencontre de ce lundi 2 octobre. C’est une « première étape » pour « améliorer » les propositions des jeunes et ainsi « constituer un programme commun de la NUPES » préalable à une liste commune. Chez les insoumis, on rêve évidemment de voir cet échange suivi d’autres. Aurélien Le Coq espère d’ailleurs lundi soir un « engagement commun » des chefs de partis à continuer les discussions. « Leur responsabilité est forte », martèle-t-il.

L’écologiste Marine Tondelier ne viendra pas à la réunion

Sera-t-il entendu ? Rien n’est moins sûr. Le jeune insoumis assure qu’Olivier Faure, Manuel Bompard et Manon Aubry ont confirmé leur participation lundi. Ce n’est pas le cas Marine Tondelier. Selon les informations recueillies par Le HuffPost, son équipe a fait savoir de longue date aux organisateurs qu’elle ne pourra pas être présente. Sur X, anciennement Twitter, la tête de liste EELV Marie Toussaint a avancé une autre date (le 19 octobre) pour une discussion commune avec les têtes de liste de gauche.

Mais son « objectif » à elle n’est pas une liste commune ; elle souhaite en effet l’instauration d’un « pacte de non-agression » entre les candidats de gauche. Pas vraiment la ligne des Insoumis.

Quant au représentant du PCF Fabien il ne devrait pas faire partie des convives, les jeunes communistes ayant dès le début refusé de s’impliquer dans le programme commun. La NUPES, moins deux de ses quatre partis, est-ce toujours la NUPES ?

À voir également sur Le HuffPost :

Pas de prix Nobel de la paix en 2023 ? Pourquoi cette décision serait plus logique qu’il n’y paraît

Pour les Européennes, Poutou (NPA) veut proposer de faire alliance avec la France insoumise

VIDÉO - Jean-Luc Mélenchon: "Je ne fais pas la Nupes car j'aime les autres, je ne les aime pas"