Publicité

Élisabeth Borne annonce que les cigarettes électroniques jetables « puffs » seront interdites

Elisabeth Borne a confirmé dans un entretien à RTL que les cigarettes électroniques jetables puffs seraient « prochainement » interdites
Elisabeth Borne a confirmé dans un entretien à RTL que les cigarettes électroniques jetables puffs seraient « prochainement » interdites

POLITIQUE - Le prix des cigarettes ne devrait pas augmenter en 2024. Élisabeth Borne a annoncé ce dimanche 3 septembre que la fiscalité sur le tabac n’augmenterait pas l’an prochain, et a confirmé dans un entretien à RTL que les cigarettes électroniques jetables puffs seraient « prochainement » interdites.

« On a augmenté la fiscalité sur le tabac cette année et on ne prévoit pas de l’augmenter l’an prochain », a déclaré la Première ministre, alors que le gouvernement met la dernière touche à ses budgets 2024. Une loi de finances marquée par l’impérieuse nécessité de faire des économies. « Ça ne veut pas dire qu’on n’est pas très vigilant sur la consommation du tabac », a nuancé Élisabeth Borne, pointant que « le tabac c’est 75 000 morts par an ». Un chiffre « énorme » et « un enjeu important de santé publique ».

Dans ce sens, le gouvernement « présentera prochainement un nouveau plan national de lutte contre le tabagisme avec notamment l’interdiction des cigarettes électroniques jetables, les fameux puffs qui donnent des mauvaises habitudes aux jeunes », a-t-elle précisé.

Un enjeu sanitaire et écologique

Avec ses saveurs enfantines, sucrées ou fruitées (marshmallow, ice candy, choco noisette...), ses emballages aux couleurs vives évoquant des friandises et son prix modique allant de 8 à 12 euros pour 500 bouffées, la puff, qui existe sous une vingtaine de marques, inquiète car elle cible les adolescents, alors que la cigarette électronique est interdite aux mineurs.

Plusieurs pays européens comme l’Allemagne, la Belgique et l’Irlande ont déjà amorcé une telle interdiction de ces petits tubes arrivés en France fin 2021, et qui proposent un certain nombre de bouffées pour un taux de nicotine compris entre 0 et 20 mg/ml.

« On peut nous dire que ce n’est pas de la nicotine. Mais c’est un réflexe, un geste auquel les jeunes s’habituent. Ensuite c’est comme ça qu’ils vont vers du tabagisme et il faut arrêter cela », a plaidé Élisabeth Borne. L’ancien ministre de la Santé François Braun avait déjà ouvert en mai la porte à une interdiction imminente des puffs, qui doit s’inscrire dans un plan anti-tabac prévu sur la période 2023-2028.

Sanitaire, l’enjeu est aussi environnemental. Jetables, les puffs sont en effet en plastique et contiennent une batterie au lithium non recyclable.

À voir également sur Le HuffPost :

Pour la rentrée, Emmanuel Macron maintient sa cote de popularité, Élisabeth Borne proche - EXCLUSIF

Macron veut une formation professionnalisante dès l’après-bac pour les enseignants