Élisabeth Borne ne se soumettra pas à un vote de confiance à l'Assemblée

© Getty Images

La Première ministre, qui vient d’annoncer la composition de son nouveau gouvernement, doit s’exprimer mercredi devant le Sénat et l’Assemblée.

La Première ministre Élisabeth Borne « ne sollicitera pas la confiance des parlementaires » lors de sa déclaration de politique générale à l’Assemblée et au Sénat, a annoncé lundi le nouveau porte-parole du gouvernement, Olivier Véran.

« Nous ne sommes pas certains que les conditions de cette confiance auraient été réunies. Nous travaillerons texte par texte » pour construire des majorités, a-t-il précisé à l’issue du premier Conseil des ministres du nouveau gouvernement Borne.

« La confiance ne se décrète pas a priori, elle se construit patiemment texte après texte », a lancé Olivier Véran, qui a estimé que la main était « tendue avec bienveillance » aux parlementaires des oppositions.

LIRE AUSSI >> Exclusif. Élisabeth Borne sur l’affaire Abad : « Il y a un devoir d’exemplarité des politiques »

L’opposition veut faire « venir de force » la Première ministre

Sans majorité absolue, le gouvernement d’Élisabeth Borne se voit contraint de chercher des majorités au cas par cas. Si les propositions « correspondent au projet politique qui est le nôtre, nous les accompagnerons », a-t-il poursuivi. Une décision qui ne passe pas du côté du groupe La France insoumise (LFI), qui a dit vouloir déposer une motion de censure dès mercredi, ce qui nécessite un dixième des parlementaires.

Elle doit ensuite être adoptée à la majorité absolue pour renverser effectivement le gouvernement. « On ne maltraite pas la démocratie...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles