Élisabeth Borne : ces surnoms pas très élogieux qui persistent...

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Élisabeth Borne credit:Bang Showbiz
Élisabeth Borne credit:Bang Showbiz

Récemment nommée Première ministre, Élisabeth Borne est déjà sous microscope et l'on découvre de jour en jour de nouveaux détails sur sa brillante carrière de femme politique. Avant de succéder à Jean Castex aux côtés d'Emmanuel Macron, celle-ci a été PDG de la RATP de 2015 à 2017 et y a récolté une réputation de dirigeante stricte. Stricte au point où les personnes qui ont travaillé avec elle n'ont absolument pas gardé un bon souvenir de son tempérament.

"À la RATP, on en connaît plus d’un qui sont sortis de son bureau en larmes" avait dévoilé un informateur qui a travaillé dans l'entreprise au journal Le Monde en 2017. "Elle y était surnommée Burn-Out."

Par ailleurs, une ministre du premier quinquennat a fait une autre révélation au Figaro, expliquant : "Élisabeth Borne ? Il faut aimer se faire engueuler"

Qui plus est, il se murmure que la nouvelle Première ministre était du genre à envoyer des textos à 2h du matin.

"Cette ancienne préfète est une battante, qui va au bras de fer pour défendre ses arbitrages, quitte à les perdre, ce qui lui est souvent arrivé. Cela lui vaut le désagréable surnom de 'Madame Bornée' au sommet de l’État", a déclaré une source dans les colonnes du Parisien en 2019.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles