Élisabeth II soutient Harry et Meghan et leur accorde "une période de transition"

Compréhensive, la souveraine accepte qu'ils prennent leur indépendance.

Le 8 janvier dernier, la surprise fut grande quand le prince Harry et Meghan Markle ont fait part de leur volonté de prendre leurs distances avec la famille royale, de voler de leurs ailes et de partager leur temps entre le Royaume-Uni et le Canada. Personne n'était au courant et cette annonce a mis tout un pays sens dessus dessous. Cinq jours plus tard, si la tension n'a pas baissé d'un cran dans la presse britannique, en coulisses, les choses se sont un peu décantées.

La reine Élisabeth II, 93 ans, que l'on disait autant furieuse qu'attristée par leur décision, n'a eu d'autre choix que de convoquer son petit-fils (préféré) pour discuter de tout ça. Lundi après-midi, c'est à Sandringham, l'une des résidences royales, que Harry - sans Meghan (repartie de l'autre côté de l'Atlantique rejoindre leur fils Archie), a rejoint sa mamie avec laquelle il a pu s'entretenir un moment en tête-à-tête. Ils ont ensuite été rejoints par le prince Charles puis William avec lesquels les "négociations" ont continué. Et une fois n'est pas coutume, à l'issue de cette rencontre au sommet, la souveraine s'est fendue d'un communiqué officiel dans lequel elle a affiché son soutien au couple.

Des questions en suspens

Les "discussions constructives" ont porté leurs fruits et Élisabeth II et sa famille affirment "soutenir pleinement le désir de Harry et Meghan de se construire une nouvelle vie en tant que jeune famille". Certes, elle aurait préféré qu'ils continuent à travailler (...)

Lire la suite sur Grazia.fr

Pas de quatrième enfant pour William et Kate
Photos : première sortie de l'année pour le prince William et Kate Middleton
On a trouvé un job de rêve pour les fans de la famille Kardashian
Visite guidée de Mille Fleurs, la demeure canadienne qui accueille Harry et Meghan
Meghan Meghan a fait sa première sortie depuis le début de la "crise"