Allocution d'Emmanuel Macron : cette "faute" de français qui a amusé les internautes

·1 min de lecture

Une bourde, une bévue, une boulette. Appelez ça comme vous voulez. Le nom ne changera rien à l’affaire. Ni à l’impair. C’est le président Emmanuel Macron lui-même, qui l’a commise hier, mercredi 31 mars, lors de son allocution tant attendue, la septième très exactement depuis le début de la crise sanitaire liée au Coronavirus.

Cette bourde, cette bévue, cette boulette, que vous appelerez donc comme vous voulez, n’est pas passée inaperçue. C’est le moins que l’on puisse dire car plus de 33 millions de téléspectateurs étaient rivés hier à leur écran pour savoir à quelle sauce ils allaient être mangés. Anxieux, les Français se demandaient si les sorties avec ou sans attestation seraient toujours autorisés, si les écoles allaient être fermées et les vacances prolongées. Le verdict: finalement les écoles seront fermées durant trois semaines, les vacances avancées et cumulées à l’école à distance. Ce qui fait pas moins de vingt et jours à la maison pour les écoliers de la maternelle et du primaire, et vingt-huit pour les collégiens et lycéens, cela n’aura échappé à aucun parents.

Mais revenons à cette bourde, donc, cette bévue, cette boulette, appelez- la comme vous voulez. Emmanuel Macron l’a commise après avoir annoncé que le confinement déjà en place dans dix-neuf départements allait être élargi à toute la France métropolitaine puis dévoilé les prochaines étapes de la campagne de vaccination, nécessaire à la tant espérée " sortie de crise".

En fait, ce n’est pas une mais deux bourdes (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite