Éric Ciotti choisit « Les Lacs du Connemara » pour la rentrée politique des Républicains au Cannet

POLITIQUE - Le président des Républicains, Éric Ciotti, a fait une entrée remarquée, ce dimanche 27 août au Cannet, dans son fief des Alpes-Maritimes, pour la rentrée politique de son parti. Pour l’accompagner alors qu’il fendait la foule des militantes et militants, le député a choisi la chanson Les Lacs du Connemara de Michel Sardou, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête de l’article.

Un pied de nez à la chanteuse Juliette Armanet, qui a déclaré il y a quelques semaines au sujet de la chanson : « C’est de droite, rien ne va. » Un point de vue qui avait entraîné une vive polémique, de nombreux responsables de droite accusant notamment la chanteuse d’irrévérence envers ce monument de la chanson française.

À droite toute sur l’immigration

Lors de son entrée, Éric Ciotti était accompagné par les principaux ténors des Républicains, parmi lesquels Laurent Wauquiez, Bruno Retailleau ou Rachida Dati. Dans un discours très à droite sur le régalien et libéral sur l’économie, il a dénoncé tour à tour la « débâcle » actuelle des hôpitaux, des écoles, des finances publiques et de « l’ordre républicain », ainsi que les « ravages » de l’immigration.

Devant ses partisans, le député a dévoilé les propositions qu’il présentera mercredi à Emmanuel Macron, qui a invité tous les partis politiques à une grande réunion afin de travailler à des décisions dépassant les clivages. Il demandera tout d’abord un référendum sur la proposition de loi constitutionnelle sur l’immigration déposée par son parti au printemps. « Nous ne jouerons pas les premiers violons de la symphonie de l’immobilisme ! », a prévenu Éric Ciotti.

Le patron de la droite demandera aussi le renforcement de la sécurité et de la justice, la suppression de tous les « droits pour les clandestins », l’uniforme obligatoire à l’école et au collège, la suppression des allocations pour « les parents ayant manqué à leurs devoirs ».

Soutien à Laurent Wauquiez

Concurrencé par la rentrée politique simultanée du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin à Roubaix, qui ne cache plus ses ambitions pour 2027, Éric Ciotti a taclé sans le citer l’ex-LR, adoubé par Nicolas Sarkozy. « Avant de songer à la succession, qu’ils songent à gouverner ! », a-t-il déclaré, voyant dans « les divisions et les querelles d’ambitions qui agitent le gouvernement (...) une forme d’indécence face à la gravité du moment ».

Dans une réponse à peine voilée à Nicolas Sarkozy qui a émis des doutes sur la stratégie de Laurent Wauquiez, Éric Ciotti a réitéré son soutien au président d’Auvergne-Rhône-Alpes. « L’espérance, cher Laurent, je le redis, avec force, tu l’incarnes par ton talent, ta vision et ton courage », a-t-il assuré.

À voir également sur Le HuffPost :

Macron recevra les partis le 30 août pour le lancement de son « initiative politique d’ampleur »

Avec les émeutes, Les Républicains parlent comme l’extrême droite identitaire