"Il a été comme un aiguilleur pour moi" : Maxime Le Forestier rend hommage à Georges Brassens

·1 min de lecture

Quand on lui demande de choisir une chanson de Georges Brassens, Maxime Le Forestier répond du tac au tac : "C’est impossible". Et pour cause, le chanteur reprend 171 titres de son idole dans une réédition des cahiers 1 et 2 en 9 CDs. Mais aussi un livre, Brassens et moi. Il est venu les présenter dans l’émission d’Anne Roumanoff Ça fait du bien, vendredi sur Europe 1. 

C’était il y a presque soixante ans. Maxime Le Forestier, encore adolescent, pousse la porte d’une boutique de partitions de musique, dans le quartier de Bastille, à Paris. "J’ai acheté quatre chansons de Brassens et La Mama d’Aznavour", confie le chanteur au micro d’Europe 1. "Brassens a été comme un aiguilleur pour moi. Dans la même semaine, j’ai découvert la guitare, la chanson - parce qu’on n’en écoutait pas chez moi - et Brassens … Ça fait beaucoup !", poursuit-il. 

Le jour où Gibraltar lui a donné "la bible"

Puis sa carrière se lance. Il rencontre Georges Brassens. "Jusqu’à sa mort, je me suis contenté de ses chansons", avoue Maxime Le Forestier. Il commence ensuite à s’intéresser à la vie de ce monument de la chanson française. "Après sa mort, des amis proches avaient besoin de parler". 

Et ils sont venus le trouver comme Pierre Onténiente, surnommé "Gibraltar". Il donne à Maxime Le Forestier l’intégral des chansons de Brassens. "La bible", souffle l’artiste. "Gibraltar m’a donné ce livre en disant que c’était tout ce que Georges aurait aimé qui lui survive. Dedans, il y a toutes les chansons enregistrée...


Lire la suite sur Europe1