États-Unis : les élues de la Chambre des représentants du Missouri désormais obligées de se couvrir davantage

Sora Shimazaki

En 2022, après la suppression de l’arrêt Roe v. Wade, le Missouri devenait le premier État américain à supprimer purement et simplement le droit à l’avortement. Pour commencer cette nouvelle année, l'État a pris une mesure qui concerne à nouveau les femmes. Début janvier 2023, la Chambre des représentants du Missouri, à majorité républicaine, a en effet décidé de réviser le code vestimentaire des élues, mais sans changer celui des hommes, qui implique le port d’une veste, d’une cravate et d’un pantalon.

Tous les deux ans, le règlement intérieur de la Chambre des représentants est débattu. Lors de la dernière révision, il avait déjà été décidé que les femmes devraient "porter une robe ou une jupe, ou un pantalon avec un blazer ou un pull et les chaussures ou bottes appropriées", rapporte Franceinfo. Une règle insuffisante, selon l’élue républicaine Ann Kelley, qui a proposé un amendement obligeant le port de la veste pour ces dernières. Après les débats, les élu·es ont voté l’interdiction pour elles d’avoir les bras découverts. De quoi provoquer l’indignation des élu·es démocrates.

"Il est essentiel de toujours maintenir une atmosphère formelle et professionnelle au sein de la Chambre et pour s'en assurer, je me suis sentie obligée de proposer cet amendement", a justifié l’élue républicaine Ann Kelley. Un professionnalisme indispensable qui ne justifie pourtant pas cette obligation pour Ashley Aune, élue démocrate. "J’ai vu beaucoup de manque de tenue dans cette salle au cours de (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Jacinda Ardern fait passer sa santé mentale avant tout et démissionne de son poste de Première ministre
"Ma belle", "la miss", "les jeunes" : quand les surnoms au travail agissent comme des micro-agressions quotidiennes
L'Affaire d'Outreau, "une façon de décrédibiliser la parole de l’enfant" dénonce Andréa Bescond
L'Assemblée nationale entérine l'aide financière d'urgence pour les victimes de violences
Un policier londonien reconnaît avoir commis 24 viols et de nombreuses agressions sexuelles