États-Unis : face au Congrès, le témoignage glaçant d’une survivante de la tuerie d’Uvalde

© Getty Images

Le 24 mai dernier, un lycéen de 18 ans armé d’un fusil d’assaut a tué 19 écoliers et deux enseignantes dans un établissement scolaire d’Uvalde, au Texas. Une tuerie en milieu scolaire de plus, qui ranime le débat sur la régulation du port d’armes.

La tuerie d’Uvalde continue de secouer les États-Unis. L’indignation face à cette énième fusillade de masse ne fait que monter face à l’immobilisme des responsables politiques, notamment républicains, qui refusent de bouger sur la question du port d’armes.

Dans une tentative de sensibiliser les élus à la gravité de la situation, les témoignages des survivants de la tuerie se multiplient. Mercredi Miah Cerrillo, une fillette qui a dû se couvrir du sang d’un de ses amis pour échapper au tueur, a témoigné devant le Congrès américain.

Le tireur « a dit “bonne nuit” à mon institutrice et il lui a tiré dans la tête. Ensuite, il a tiré sur certains de mes camarades et sur le tableau », a raconté la fillette de 11 ans, lors d’une audition au Capitole sur « l’épidémie de la violence par armes à feu ».

« Quand je me suis rapprochée des sacs à dos, il a tiré sur mon ami qui était juste à côté de moi et j’ai pensé qu’il allait revenir dans la pièce », a raconté la petite fille à lunettes. « Donc j’ai pris un peu de sang et je me le suis étalé partout… Je suis restée silencieuse, puis j’ai attrapé le téléphone de mon institutrice et j’ai appelé 911. »*

« Les écoles ne sont plus sûres »

Miah Cerrillo a assuré qu’elle ne se sentait plus en sécurité à l’école. « Je ne veux pas que ça se reproduise », a-t-elle imploré. Présent lors de l’audition, son père, Miguel, a affirmé en larmes que Miah...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles