États-Unis: la Géorgie pourrait interdire quasi totalement l’IVG après les primaires

La Géorgie vote ce mardi 24 mai pour déterminer quel seront les candidats de chaque parti pour le scrutin de mi-mandat qui se tiendra au mois de novembre. Dans cet État conservateur du Sud-Est, l’inflation et la hausse de la criminalité étaient au centre des débats jusqu’à des fuites dans la presse indiquant que la Cour suprême allait revenir sur sa jurisprudence qui garantit le droit à l’avortement dans le pays. La Géorgie pourrait, dans la foulée, interdire quasi totalement l’IVG.

Avec notre envoyée spéciale à Atlanta, Marie Normand

Deborah Powell l’avoue. Elle ne s’est vraiment engagée en politique qu’après le choc de 2016 : l’élection de Donald Trump. Depuis, elle milite pour les démocrates dans sa ville de Johns Creek, banlieue cossue au nord d’Atlanta : « Maintenant, nous sommes très intéressés par les textes présentés devant le Congrès local qui pourraient devenir des lois ».

Comme en 2019, où a été votée en Géorgie l’une des lois les plus restrictives du pays en matière d’avortement. La loi dite du battement de cœur… qui interdit l’avortement dès la 6e semaine de grossesse. Pour l’instant bloquée par les tribunaux, elle entrera en vigueur si la Cour Suprême décide de laisser les États décider seuls.

Pour Sheila Ford, il y urgence à faire élire des démocrates, et surtout des femmes, à tous les mandats locaux pour que ce texte ne soit jamais appliqué. « Cette loi va clairement à l’encontre des femmes ! Comment ces hommes peuvent penser pouvoir réglementer quelque chose que leur propre corps ne peut pas faire ? »

Stacey Abrams, la candidate démocrate au poste de gouverneur, a elle reversé une partie de ses fonds de campagne à des organisations qui défendent le droit à l’avortement.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles