Aux États-Unis, une nouvelle agence chargée d’enquêter sur les objets non identifiés

© ursatii/iStock

Intitulée All-domain anomaly resolution office (AARO), cette nouvelle agence gouvernementale est chargée d’enquêter sur l’ensemble des objets non identifiés, qu’ils soient spatiaux, volants, submersibles ou hybrides ».

C’est officiel : les États-Unis ont désormais une nouvelle agence gouvernementale dont le rôle ne ferait pas tâche dans un scénario de science-fiction.

Dépendant du département américain de la Défense, cette nouvelle agence s’intitule All-domain anomaly resolution office ou AARO, que l’on pourrait traduire en français par Bureau de résolution des anomalies tout domaine. Dans un communiqué publié le 20 juillet dans lequel il annonce sa création, le département de la Défense détaille ses nouvelles missions : enquêter sur les objets non identifiés « spatiaux, volants, submersibles et hybrides ».

Lire aussi >> Ovnis : un « nombre croissant » d’objets non identifiés recensés dans le ciel

Un rôle principalement militaire

Comme le précise Slate.fr, l’AARO remplace donc l'Airborne object identification and management group (le Groupe d'identification et de gestion d'objets volants), et voit même ses missions étendues. Alors que le précédent bureau devait surtout concentrer son action sur les objets volants non identifiés (les fameux Ovnis), l’AARO aura beaucoup à faire en menant l’enquête sur les activités suspectes des puissances russe et chinoise.

Le communiqué du département de la Défense précise qu’elle se chargera de « détecter, d'identifier et d'attribuer les objets suspects à l'intérieur ou proche d'installations militaires, de zones d'opération, de terrains d'entrainement, d'espaces aériens à usage spécial et...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles