États-Unis : rebond du recours à l’IVG, après 30 ans de baisse continue

© Getty Images

La Cour Suprême des États-Unis menace ce droit fondamental, alors même que le recours à l’interruption volontaire de grossesse augmente pour la première fois depuis 30 ans dans le pays.

Le nombre d’interruptions volontaires de grossesse (IVG) a augmenté de 8 % entre 2017 et 2020 aux États-Unis, selon un rapport publié mercredi par l’institut Guttmacher. Une hausse historique après 30 ans de baisse continue.

Cette inversion de tendance « souligne que le besoin de soins abortifs augmente aux États-Unis, juste au moment où la Cour suprême semble prête à enterrer l’arrêt Roe v. Wade », qui garantit depuis 1973 le droit des Américaines à avorter, écrit l’institut Guttmacher.

La plus haute juridiction des États-Unis doit rendre avant la fin du mois une décision qui pourrait, selon un projet d’arrêt révélé en mai, renvoyer les États-Unis 50 ans en arrière, quand chaque État était libre d’interdire les interruptions de grossesse sur son sol.

Une grossesse sur cinq

Alors que le pays attend cette décision cruciale, l’institut Guttmacher, qui milite pour l’accès à la contraception et à l’avortement dans le monde, a constaté une recrudescence des avortements dans le pays, dont les raisons semblent difficiles à expliquer à ce stade.

Plus de 930 000 avortements ont eu lieu en 2020 aux États-Unis, contre 860 000 en 2017, soit un taux de 14,4 avortements pour mille femmes en âge de procréer. Cela correspond à une grossesse sur cinq. La hausse est perceptible dans toutes les régions du pays, avec des variations d’un État à l’autre et parfois même en leur sein.

Des réformes locales pourraient expliquer ces...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

VIDÉO - Droit à l’avortement menacé aux Etats-Unis : "C’est un danger pour les femmes les plus pauvres et les jeunes"

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles