"Si vous étiez une femme…" Raphaël Enthoven répond au questionnaire d'Anne Roumanoff

·1 min de lecture

Dans l'émission Ça fait du bien, Anne Roumanoff reçoit jeudi le philosophe Raphaël Enthoven pour son nouveau livre L'école des dames, l'histoire de la relation d'emprise entre un metteur en scène de la pièce L'école des femmes et sa comédienne principale. Il se soumet au jeu du questionnaire de l'humoriste. Inspiré par son livre, le thème du jour est "Si vous étiez une femme...". 

>> Retrouvez toutes les émissions d'Anne Roumanoff de 11h à 12h30 sur Europe 1 en replay et en podcast ici

Anne Roumanoff : quel serait le principal reproche que vous feriez aux hommes ?

Raphaël Enthoven : Leur virilité. Cette prison de la virilité, l'enfermement dans l'idée que l'on doit se faire d'un homme viril. C'est marrant d'ailleurs, parce qu'il y a des époques où les hommes considéraient que la virilité était d'avoir une verge très menue, parce qu'elle obéissait à la volonté, et que la virilité c'était d'avoir la maîtrise de soi. Et dans d'autres époques, on considérait que la virilité était d'avoir une verge énorme, parce que la virilité était la force. Si j'étais une femme, je recommanderais à un homme de chercher sa force ailleurs que dans l'exhibition de ses muscles.

AR : Quel serait le principal mérite que vous reconnaîtriez aux hommes ?

RE : Aux hommes comme tels, je n'en ai aucun à reconnaître. Pour le coup, je ne connais que des individus, je ne connais pas de genre. Il n'y a pas de mérite spécifiquement masculin. La première vertu que j'aime chez les gens, c'est le courage. Et ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles