Cette étude inédite révèle que le clitoris est bien plus sensible qu’on l’imaginait

josefkubes

On savait qu’il était sensible, mais pas à ce point-là. Alors qu’on pensait depuis plusieurs années que le clitoris comptait environ 8 000 fibres nerveuses, des chercheurs américains affirment en avoir comptabilisé 20 % de plus. Il y aurait en réalité plus de 10 000 terminaisons nerveuses dans le nerf dorsal de cet organe du plaisir féminin, explique Futura Sciences. Cette découverte a été présentée lors d’un congrès scientifique de la Sexual Medicine Society of North America et de l’International Society for Sexual Medicine, le 27 octobre dernier. Elle doit encore être vérifiée par des pairs.

Pour compter l’ensemble de ses terminaisons nerveuses, une équipe de recherche de l’université d’Oregon a prélevé des échantillons de nerfs dorsaux de clitoris, correspondant à la moitié du nerf, prélevé sur des patients trans lors d’opérations de phalloplastie, c’est-à-dire de création de pénis. Comme l’explique Blair Peters, le médecin chargé de la procédure, dans Medical XPress, les nerfs ont ensuite été colorés et agrandis 1 000 fois au microscope pour qu’un logiciel puisse compter chacune des fibres nerveuses qui les composaient.

5 140 terminaisons nerveuses ont été trouvées sur les échantillons. En les multipliant par deux pour former l’ensemble du nerf dorsal – qui est symétrique –, une estimation de 10 280 fibres nerveuses est envisageable dans ce nerf. Et ce n’est pas le seul nerf à composer le clitoris. D’autres, plus petits, l’entourent. La sensibilité en est donc encore décuplée. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Vous faites des insomnies ? Votre tendance à procrastiner y est peut-être pour quelque chose
Vous ne savez pas dire non ? Une étude explique pourquoi
Prendre les transports en commun tous les jours nuit gravement à votre santé mentale selon une étude
Dire des gros mots nous rendrait plus forts et plus persuasifs selon une étude
Les femmes atteintes d’Alzheimer sont diagnostiquées plus tardivement (et c’est encore à cause du sexisme)