Les étudiantes infirmières sont 3 fois plus nombreuses à abandonner leurs études qu’il y a 10 ans

Les abandons en formation d’infirmier·e·s se font de plus en plus nombreux. La Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees), a publié une étude, jeudi 11 mai, dressant un constat assez alarmant à ce sujet. Comme l’indique BFMTV, on y apprend qu’entre 2011 et 2021, le nombre d’étudiant·e·s e en première année d’études d’infirmier·e·s quittant leur cursus a triplé. En effet, en 2011, 3 % des élèves ont abandonné leurs études en première année, tandis que ce taux a atteint 10 % en 2021. Parallèlement, durant la même période, le nombre de diplômé·e·s par an a diminué de 7 %.

Si le nombre de jeunes jettant l’éponge dès la première année est plus élevé, ce phénomène concerne les trois années du cursus. "Sur l’ensemble de la scolarité de la promotion entrée en 2018, 14 % des étudiant·e·s (19 % chez les hommes contre 13 % pour les femmes) ont abandonné leurs études, soit 3 points de plus que pour la promotion 2011", a souligné aussi la Drees dans son rapport.

Plusieurs raisons sont évoquées par les professionnel·le·s du secteur pour expliquer cette augmentation des abandons chez les étudiant·e·s en études d’infirmier·e·s. "La plupart des abandons sont dus à des erreurs d’orientation", dénonce d’abord Michèle Appelshaeuser, présidente du CEFIEC (Comité d’entente des formations infirmières et cadres), dans les colonnes du HuffPost. "Il y a un nombre important d’étudiants qui décrochent les deux premiers mois. Ils ne se rendent pas compte du niveau demandé", (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

La France est l’un des pays d’Europe qui héberge le plus de sites pédopornographiques, selon l’ONU
Voici comment les inégalités de genre modifient le cerveau des femmes, selon la science
Travail : les 10 profils de collègues qu’on ne peut plus blairer
États-Unis. La promesse non tenue de Google pour protéger les personnes voulant avorter
Dans le monde, une femme enceinte ou un nouveau-né meurt toutes les 7 secondes d’après l’OMS