Les étudiants en médecine victimes de violences sexistes : un rapport accablant

Maïlis Rey-Bethbeder
·1 min de lecture

L’Association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF) a publié un document recensant les violences sexistes et sexuelles subies par les élèves à l’université ou à l’hôpital.

Plus de 4500 étudiants ont répondu au questionnaire, diffusé du 8 mars au 30 avril 2020. Les résultats, rendus publics le 18 mars par l’ANEMF lors d’une conférence de presse, révèlent que quasiment la moitié des étudiantes interrogées (49,7%) a répondu par l’affirmative à la question « Dans le cadre de votre stage, avez-vous déjà reçu des remarques sexistes ? ». Ils sont 12,1% d’hommes à avoir donné la même réponse. Le rapport met en évidence que les femmes sont 4 fois plus nombreuses à recevoir ce genre de remarques dans leur parcours hospitalier, comparé aux hommes.

Parmi les témoignages récoltés, des phrases fortes, qui peuvent détruire l’estime de soi chez les étudiantes, encore en apprentissage et en période de doute. « Vous avez volé la place d’un homme en faisant médecine » ou encore « on manque cruellement de femmes pour ranger les dossiers », cite l’ANEMF.

Soumis à une pression quasi constante, les étudiants, à l’hôpital, sont « testés » sur leur capacité à résister au stress, et les jeunes hommes subissent aussi le sexisme : « la suprématie machiste est tout aussi présente et délétère, avec des attentes sociales, des phrases et des petits “pd” aussi fréquents que banalisés […] Quand un externe homme pleure ou a le malheur d’être ému en public, on lui fait comprendre qu’il est fragile, qu’un homme ça doit être le pilier stable », peut-on également lire dans le rapport. Dans...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi