Évasion. En Italie, se laisser ensorceler par les merveilles du mont Circé

National Geographic (Washington)
·2 min de lecture

D’après la légende, c’est là que vivait la magicienne de L’Odyssée. Situé à une centaine de kilomètres au sud de Rome, ce massif calcaire baigné par la mer Tyrrhénienne a donné son nom à un parc naturel fascinant à plus d’un titre.

Situé à environ 1 h 30 en voiture de Rome, le parc national du Circé est l’un des secrets les mieux gardés des habitants du Latium, qui aiment s’y rendre le week-end pour fuir la ville.

Comme le souligne l’édition italienne du National Geographic, qui lui consacre son numéro de printemps, la zone – qui s’étend sur plus de 8 000 hectares – ne correspond pas à l’idée que beaucoup se font d’un parc national :

On ne peut pas dire qu’il s’agisse d’un territoire immaculé, l’un de ces paradis naturels dont regorgent les brochures des agences de voyage.”

À lire aussi: Préparer l’été. L’Italie met à l’honneur les chemins de randonnée de la Via Francigena

Ce qui n’empêche pas le lieu de se prévaloir d’une multitude d’écosystèmes qui voisinent et parfois se superposent avec un patrimoine culturel et archéologique très riche. Car l’homme a très tôt imprimé sa marque sur le paysage de Circé, en particulier aux abords du mont (un promontoire calcaire de 541 mètres de haut) qui lui a donné son nom.

Dans l’Antiquité, le massif était connu comme l’île d’Ééa. “Encore aujourd’hui, si on l’observe depuis la mer, il a l’apparence d’une île”, explique au National Geographic une guide locale. C’est là, d’après L’Odyssée, que vivait Circé, la magicienne qui ensorcella une partie des compagnons d’Ulysse avant de les transformer en pourceaux.

Vestiges archéologiques

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :