Pour éviter les allergies : mangez des brocolis, dit la science

Il est bon, plein de nutriments et, on vient de l’apprendre, il rend la peau éclatante. S’il vous faut plus de raisons de cuisiner du brocoli, vous êtes vraiment difficile à convaincre. Selon des chercheurs de l’Inserm et de l’Institut Curie, les personnes qui ne mangent jamais de brocoli et de choux sont davantage soumises à des allergies cutanées sévères. Si l’on savait depuis longtemps que les allergies qui affectent la peau étaient liées à l’environnement dans lequel on évolue et à ce que l’on mange, ce rôle des choux n'était jusqu’alors pas documenté. C’est désormais chose faite grâce aux chercheur·euses français·es, qui ont publié leurs recherches dans la revue eLife, ce 16 mai 2023. En travaillant sur des souris, iels ont pu découvrir les effets d’une molécule présente dans le brocoli sur la réponse immunitaire aux allergies.

Cette molécule se nomme “récepteur des hydrocarbures aromatiques (AhR)". Elle est naturellement présente dans l’organisme, mais on doit également en ingérer pour garder un taux satisfaisant. Et celle-ci est disponible dans les légumes dits crucifères – ceux qui ont quatre pétales disposés en croix – dont le brocoli et les choux font partie (avec les radis et le navet). À partir de leurs recherches, les scientifiques ont découvert qu’un régime dénué de ces légumes menait à une aggravation de l’inflammation de la peau et à des allergies cutanées.

Les chercheur·euses sont allés plus loin encore en essayant de comprendre le mécanisme qui causait cette aggravation. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Sommeil : pourquoi vous coucher avant votre partenaire est bon pour votre couple et votre santé mentale ?
Pourquoi initier les plus jeunes à l’alcool en famille comporte de nombreux risques
5 conseils pour surmonter votre anxiété sociale et réussir à sociabiliser avec des inconnus
Selon une étude, la fatigue nous empêche de mener un train de vie plus sain
Ces 5 activités sportives sont les plus bénéfiques pour votre corps, selon Harvard