Pour éviter la transmission du coronavirus, comment arrêter de se toucher le visage

Caroline Bologna / Le HuffPost
Pour éviter la transmission du coronarivus, ne pas se toucher le visage est primordial. Mais comment faire? (image d'illustration)

SANTÉ - Alors que l’épidémie de coronavirus se rapproche du niveau pandémique, les experts donnent tous les mêmes conseils à ceux qui essaient de se protéger du COVID-19: lavez-vous les mains et ne vous touchez pas le visage.

Si le premier paraît simple à appliquer, le deuxième est plus problématique. Il est en effet quasiment impossible à mettre en œuvre.

Une étude menée en 2015 a révélé la fréquence considérable des contacts entre la main et le visage d’un individu. Les chercheurs ont filmé 26 étudiants en médecine lors d’une conférence et compté le nombre de fois où ils se touchaient la figure: 23 fois en moyenne, 44% des contacts impliquant une muqueuse telle que la bouche, le nez ou les yeux.

Tout contact avec la figure, et notamment les membranes muqueuses, favorise l’entrée dans l’organisme de virus et bactéries qui le contaminent et le rendent susceptible de transmettre à son tour la maladie.

“Cela provoque également de l’acné, alors perdez cette habitude”, suggère Sanam Hafeez, psychologue new-yorkaise. “D’autant plus que le fait de se toucher constamment le visage donne l’impression d’être moins confiant·e et attentif·ve.”

Pour aider les gens à se défaire de cette manie, le HuffPost a demandé à Sanam Hafeez et d’autres experts d’identifier quelques techniques susceptibles de leur être utiles dans l’accomplissement de cette tâche apparemment impossible.

Notez quand vous vous touchez le visage

Si l’on veut cesser ou modifier une habitude, il faut commencer par prendre conscience du moment et des motifs d’un tel comportement. On peut se ronger les ongles ou se toucher la figure de façon impulsive sous le coup de l’ennui, de l’angoisse ou d’un besoin sensoriel.

“La plupart des gens se touchent le visage sans y penser”, explique Paul Hokemeyer, psychothérapeute new-yorkais et auteur de Fragile Power. “Ils se frottent les yeux ou jouent avec leurs lèvres quand ils sont perplexes. Ils se rongent les ongles quand ils sont nerveux. La caractéristique essentielle de ces...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post