Êtes-vous hypocondriaque ? Faites le test

·2 min de lecture

La dernière étude sur le sujet, réalisée en 2014, date un peu*. Elle estimait alors que 8,5 millions de Français étaient hypocondriaques. Des chiffres sans nul doute à la hausse depuis, alors que ne cessent d'augmenter les maladies chroniques (diabète, hypertension, obésité...), Alzheimer ou certains cancers. Sans parler de la récente pandémie de Covid-19, génératrice d’une forte anxiété. Un état émotionnel qui est justement à la base de l’hypocondrie.

La personne qui y est sujette se met à paniquer parce qu’elle a mal au ventre, épluche l’encyclopédie médicale, compulse les informations sur internet, s’imaginant victime de tel ou tel syndrome qui va le tuer. La crainte de mourir est la peur fondamentale de l’hypocondriaque. Ses pensées, obsessionnelles, tournent en boucle. En général, il reprend pied peu à peu, car un proche ou un médecin le rassure, lui expliquant que ses symptômes n’ont rien à voir avec la maladie qu’il a en tête... Avant de s'affoler à nouveau dès qu'un nouveau bobo se fait sentir.

L’anxiété est au cœur de cet état. Souvent, une maladie grave a existé dans l’entourage du patient ou il a été stressé par un événement, comme la pandémie de Covid-19. Son stress et son angoisse se cristallisent alors sur sa santé.

Si ce comportement anxieux prête parfois à sourire, il est à prendre au sérieux : il peut conduire à un repli sur soi. Il est donc essentiel de se confier à son généraliste. Au besoin, il conseillera un professionnel pratiquant les thérapies cognitivo-comportementales (TCC) ou la thérapie systémique, qui utilisent relaxation, respiration, prescription de tâches (exercices) pour réduire l’angoisse.

Cochez les phrases qui vous correspondent :

• Vous estimez que votre santé est fragile.

• Si vous toussez et/ou que vous avez de la fièvre, vous pensez rapidement que c’est grave.

• Vous n’avez pas confiance dans les médicaments génériques.

• Un malade dans votre entourage ? Vous l’évitez par peur de la contagion.

• Sans gel hydroalcoolique, masques, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite