Être de mauvaise humeur peut vous rendre plus vulnérable face aux maladies, voici pourquoi

pexels

Cela vous est peut-être déjà arrivé. Alors que vous êtes dans un mauvais mood, plongé•e dans une spirale d’émotions négatives et pris•e d’une fatigue tenace, tout semble s’accumuler, même les problèmes de santé. Mais si, vous savez, cette fois où, dans la même journée, alors que vous n’aviez déjà pas le moral, vous avez réussi à oublier l’anniversaire de votre ami•e, à arriver en retard à ce rendez-vous ultra important, à perdre votre porte-feuille préféré et, comme s'il ne manquait plus que ça, à attraper un rhume. Et bien c’est, en fait, tout à fait normal ! Lorsque vous n’êtes pas bien, vous avez effectivement plus de risque de tomber malade. Comme l’a rapporté le magazine Stylist, ce jeudi 22 septembre, plusieurs études ont prouvé qu’il existait un lien entre la mauvaise humeur et le risque de contracter des maladies. Plus précisément, une exposition prolongée à des émotions négatives pourrait influencer le bon fonctionnement de votre système immunitaire.

Ce phénomène peut s’expliquer par la psycho-neuro-immunologie, "une branche de la science qui se concentre sur l'interaction entre le cerveau et le système immunitaire", a expliqué la nutritionniste Nicola Shubrook à nos confrères. "Il est bien connu que les émotions telles que le stress peuvent avoir un impact énorme sur le système immunitaire", a confirmé de son côté l’immunologue Jenna Macciochi.

En effet, lorsque vous n’êtes pas dans votre assiette, "en plus de vous sentir mal, vous subissez une série de changements psychologiques (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Faire des cauchemars régulièrement augmenterait le risque de démence sénile, voici pourquoi
Pourquoi la Commission européenne veut avancer l’âge du dépistage du cancer du sein à 45 ans ?
Huit pères sur dix estiment que les menstruations sont une "histoire de femmes", selon une étude
Productivité : qu’est-ce que le rythme ultradien et pourquoi est-il si important de le respecter ?
Enquête NEON : dix ans après le lancement de Tinder, dater est toujours un sport de combat