10 aliments bannis à tort lorsque l'on veut garder la ligne

© Getty Images/iStockphoto

Amis ou ennemis. Au gré des découvertes scientifiques mais aussi des régimes en vogue, certains aliments se retrouvent sur la sellette. Ce fut le cas des féculents dans les années 1970, des aliments gras 20 ans plus tard et du sucre de nos jours. Dès lors, difficile de savoir ce qui est bon ou pas, d'autant que ce qui l'était hier ne l'est plus aujourd'hui ou inversement ! Tour d'horizon des aliments qui ont (re)trouvé leur place dans nos assiettes.

C'est non ! Elle a été mise au ban par le régime Montignac, sous prétexte d’un index glycémique trop élevé. Sa consommation sur-stimulerait la production d’insuline, l’hormone des réserves.

C'est oui ! Son index glycémique (IG) dépend du mode de cuisson, qui prédigère plus ou moins ses glucides. Il est élevé quand elle est préparée en frites ou en purée, mais raisonnable lorsqu’elle est cuite à la vapeur ou mangée froide en salade. L’IG peut de toute façon être réduit si on l’associe à des légumes et à une source de protéines. En outre, c’est une bonne source de fibres, de potassium, de sélénium et de vitamines B3 et B9.

C'est non ! Le régime "DASH", mis au point par des cardiologues américains pour la prévention des maladies cardio-vasculaires le bannit. Le fromage ferait monter la tension artérielle et le taux de cholestérol, compte-tenu de ses apports de sel et de graisses saturées.

C'est oui ! Plusieurs synthèses d’études récentes concluent à un effet neutre ou protecteur du fromage par rapport aux maladies cardio-vasculaires*. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite