10 questions sur le vernis

·2 min de lecture

Oui, c’est même une étape cruciale avant la pose du vernis, car elle protège la kératine de l’ongle et l’empêche de jaunir. A ne pas confondre avec un vernis incolore ou un top coat : le premier est une laque, et le second, la couche qui protège la couleur une fois le vernis appliqué.

Nos préférés. 1. Lissant. Vernis base anti-stries, protecteur et anti-jaunissement, Ecrinal, 7,80 €. 2. Fortifiante. Base Protectrice enrichie en silicium, Même, 10,90 €.

Ce serait trop simple... Bien plus tenace qu’une laque classique, il nécessite de procéder autrement :

• Imprégnez plusieurs cotons de dissolvant et laissez-les poser sur chaque ongle 15 bonnes minutes. • Exercez une légère pression sur le coton pour le faire glisser, et le vernis dissous en même temps. • Unifiez la surface à l’aide d’un polissoir, pour éliminer les dernières traces de paillettes.

Notre préféré. Expert. Polissoir 4 faces, Innoxa, 8,40 €.

Pas encore ! Pour être labellisé bio, il devrait être formulé sans solvants et utiliser uniquement des pigments organiques.

Une fois ouvert, il peut s’utiliser pendant 36 mois, car il ne présente aucun risque de contamination bactérienne.

Il s’agit là d’une légende urbaine, puisqu’il se garde parfaitement à température ambiante. En revanche, attention à la lumière qui dénature les pigments vifs.

Certes, il tient moins longtemps et se révèle moins couvrant qu’une laque classique, mais il permet aussi d’éviter de développer une allergie ou d’inhaler des produits toxiques. Sans parler de l’odeur, nettement plus discrète. En revanche, le top coat devient ici obligatoire, sous peine de voir la couleur s’altérer à vitesse grand V...

Nos préférés. 1. Ecologique. Vernis à ongles Aqua nail, Nailmatic, 12,50 €. 2. Sans solvant. Vernis à ongles pelable, Namaki, 6 €.

Oui, pour accélérer la phase de séchage, de nombreuses marques proposent des vernis comportant une combinaison de silicones, qui favorisent l’évaporation des solvants lors de l’application. Ils forment ensuite une (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite