10 réflexes malins pour préserver les vitamines

A moins d’avoir une famille nombreuse, on évite d’acheter les tomates ou les nectarines par cagettes, car le temps de les manger, leur taux de vitamine C aura fondu comme neige au soleil : il y en a déjà quasiment deux fois moins au bout de quarante-huit heures ! Même si cela exige un poil d’organisation, il vaut mieux prévoir des réassortiments tous les deux ou trois jours : des fruits chez le primeur du quartier, un petit tour au marché...

Des kiwis de Nouvelle-Zélande, des tomates et des framboises espagnoles, des avocats du Pérou... ont été cueillis avant d’arriver à maturité. Ils ont voyagé pendant plusieurs jours, séjourné dans des hangars et, à l’arrivée, leur teneur en vitamines en a pris un sacré coup ! Le top, ce sont les récoltes françaises, voire de notre région dès que c’est possible. On fait le marché pour découvrir les petits producteurs du coin et, pour des fruits et légumes ultra-frais et gorgés de vitamines, on ramasse nous-même nos tomates et nos framboises dans des fermes cueillettes (qu’on déniche en tapant "ferme cueillette + notre département" dans notre moteur de recherche ou bien sur le site chapeaudepaille.fr).

Grâce au froid qui freine un peu la dégradation de la vitamine C, les végétaux n’en perdent "que" 10 % par jour environ. Si on laisse nos abricots ou nos haricots à l’air libre, c’est plus du double qui passe à la trappe ! On oublie la jolie corbeille de fruits en guise de décoration. Quant aux tomates, melons ou concombres, qui apprécient moins (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles