“12 coups de midi” : c’est fini, tout s’arrête pour Éric mardi 28 avril... enfin presque

C’est officiel : Paul a été battu par Éric. Le Breton de 46 ans, qui avait déjà fait son entrée dans le Top 3 des champions de l’émission Les douze coups de midi, a réussi le tour de maître de détrôner wikiPaul à la deuxième place du classement. S’il “ne se soucie pas” de Christian Quesada et de son record, Éric a tout de même un peu de souci à se faire. Alors qu’il confiait déjà avoir des difficultés à faire oublier Paul, le maître de midi va devoir céder sa place à l’écran à son prédécesseur. En effet, depuis le début du confinement, Jean-Luc Reichmann et son champion sont privés de plateau. Et mardi 28 avril 2020, TF1 diffusera le dernier épisode inédit des 12 coups de midi. Dès le lendemain, les téléspectateurs vont donc retrouver Paul ! Une date qui tombe pour le mieux car le candidat atteint du syndrome d’Asperger a fait son apparition dans le programme un an plus tôt, jour pour jour, le 29 avril 2019.

Éric va-t-il garder son titre après le confinement ?

Une situation qui ravit les fans de l’émission, mais qui interroge quant à l’avenir d’Éric… Une si longue pause dans son parcours pourrait ne pas être si bénéfique que ça. “Lorsque je vais le revoir après cette période, il ne sera plus le même, comme nous tous. Est-ce qu’il sera fragilisé ou plus fort, après tout ça ?”, se demandait Jean-Luc Reichmann dans une interview accordée à Télé Star le 13 avril. En effet, cette situation n’est pas toujours facile à vivre pour le maître de midi. Avec le coronavirus, Éric est très inquiet pour sa femme. Son épouse Stéphanie, que les téléspectateurs des 12 coups de midi ont pu apercevoir sur le plateau à de nombreuses reprises, est secrétaire médicale à l’hôpital de Lorient et donc très exposée au Covid-19. En attendant que cette crise sanitaire ne soit plus qu’un mauvais souvenir, Éric peut se réconforter en pensant à son parcours dans l’émission. Une ascension incroyable, qui a valu de recevoir une lettre d’un ministre souhaitant le féliciter. Et bien sûr, le Breton peut

(...) Cliquez ici pour voir la suite