“Les 12 coups de midi” : une candidate très jalouse amuse Jean-Luc Reichmann et les spectateurs

L'émission Les 12 coups de midi est parfois bien plus qu’un simple jeu télévisé. Souvent, Jean-Luc Reichmann doit faire face à des moments gênants, drôles, et même touchants. Le 28 décembre 2019, il recevait Lolita, une jeune femme en fauteuil roulant qui a totalement ému l’assistance par sa joie de vivre à toutes épreuves. Jeudi 2 janvier 2020, c’est une autre émotion qui a envahit le public : le rire. Alors que l’animateur accueillait les nouveaux concurrents du champion Eric, l’une d’entre eux a attiré l’attention. Margarida est mariée avec Daniel depuis 39 ans, mais l’attitude de son époux semble souvent l’agacer. Devant les caméras de TF1, elle a reconnu être extrêmement jalouse de toutes les femmes qui croisent son chemin. “Mon mari aime trop les voisines”, a-t-elle balancé en début d’émission. Stupéfait, Jean-Luc Reichmann s’empresse de demander : “Qu’est-ce que c’est que ce binz Margarida ?”

⋙ “Les 12 coups de midi” : Jean-Luc Reichmann “touché et ému” par une candidate en fauteuil roulant

Sur les rires de l’audience, la candidate s’explique. “C’est horrible ! Quand il regarde une femme qui lui plaît, son regard est lumineux… Sa moustache est lumineuse… Des fois je suis obligée de dire ‘Arrête’ !”, s’exclame-t-elle en tapant son poing sur le pupitre. Une fois de plus, les spectateurs hilares ne peuvent se retenir. Pour rebondir sur cette information un peu gênante, le compagnon de Nathalie Lecoultre lui demande alors si son mari est dans les gradins. “Je pense qu’il a eu peur, c’est pour ça qu’il est pas venu, il m’a dit ‘Je suis sûr que tu vas parler de tes voisines’”, rétorque Margarida, elle-même amusée. “Le problème c’est que c’est plus fort que lui”, affirme-t-elle avant d’ajouter : “Et moi ça m’énerve !” Sur ces paroles, Jean-Luc Reichmann a cru bien faire en poussant la blague un peu plus loin : “J’ai vu quelqu’un qui était au Lido [cabaret parisien, ndlr.], avec des femmes…” La candidate ne l’aura même pas laissé finir, outrée par ces propos. “Oh mon

(...) Cliquez ici pour voir la suite