"12 coups de midi" : comment Eric a rencontré sa femme Stéphanie "sur le trottoir"

“Les amoureux de Bretagne”, c’est ainsi que Jean-Luc Reichmann appelle le couple que forment Eric et sa femme Stéphanie. Le nouveau maître de midi fait donc déjà une forte impression auprès de l’animateur et du public des 12 coups de midi. Lors de l’émission du mardi 26 novembre 2019, sixième participation d’Eric, le Breton de 45 ans a présenté son épouse sur le plateau de TF1. Depuis 26 ans, Eric partage sa vie avec Stéphanie. Une histoire d’amour comme on en voit peu, qui est la preuve même qu’il ne faut pas se fier à une première impression. Alors que le dessinateur projeteur dans le bâtiment avait déjà raconté brièvement leur rencontre lors de sa toute première participation le 21 novembre, il était resté vague. “C’était sur un trottoir”, avait-il expliqué à Jean-Luc Reichmann. Un élément qui, hors contexte, pourrait être mal interprété. Une anecdote qui a bien fait rire le public, et sur laquelle l’animateur n’a pas manqué de rebondir. “Ça commence bien cette histoire”, a-t-il rétorqué sans tenter de masquer son sarcasme.

⋙ "Les 12 coups de midi" : Eric, le nouveau maître de midi, très très énervé par cette erreur

C’est lors de la visite de Stéphanie sur le plateau que le public a pu connaître les détails de cette histoire peu commune. “La première chose qu’on s’est dite en se rencontrant sur un trottoir, devant chez sa grand-mère...”, démarre Eric avant d’être interrompu par Jean-Luc Reichmann. “Elle s’est dit ‘qu’est-ce qu’il est beau’”, plaisante-t-il ensuite. Une perche que l’animateur n’a pas manqué d’attraper : “Vous êtes sûr que ça va bien vous ?” Le Mellacois a ensuite répliqué que ses chevilles n’allaient pas trop mal. Un bon moyen d’amuser le public avant de passer aux choses sérieuses ! Eric reprend donc son récit et raconte enfin ce que les téléspectateurs attendaient. “Elle avait pris un coup de soleil, c’était l’été. Je me suis dit ‘mais... elle est rouge’ !”, explique-t-il avec une expression de surprise sur le visage. Pour confirmer ses dires, Jean-Luc

(...) Cliquez ici pour voir la suite